Publicité
AuMenu , Dégustation , Établissements , Tourisme

Touriste dans notre propre ville

8 juin 2017

Je crois qu’on l’a tous déjà fait : embarquer un samedi matin dans la voiture et enfiler les kilomètres pour un petit «roadtrip» dans le but de découvrir une ville ou, dans mon cas de plusieurs, des microbrasseries. En ce premier samedi de juin, nous avons plutôt décidé de mettre une paire de chaussure confortable pour marcher quelques kilomètres… dans Québec. Hey oui avec ma douce et trois ami(e)s, nous avions décidé d’être touriste dans notre ville en visitant quatre microbrasseries de la Basse-ville de Québec. Nous trajet allait se faire d’Est en Ouest, c’est-à-dire en commençant par la Barberie, puis le Noctem, ensuite la Korrigane et pour finir le Griendel.

Premier arrêt : la Barberie. Véritable institution de la Vieille Capitale, la Barberie est toujours en train de se renouveler. En ce samedi après-midi, il y avait 13 bières sur le lignes de fût en plus d’un cask. Nous nous sommes dirigé à la terrasse où le choix a été difficile. Pendant que les membres de notre expédition se partageait un carrousel ainsi que le stout double choco et la Perce-Neige (une pilsner aux fleurs), j’ai particulièrement été intrigué par la Québec Lowlandune bière brassée avec du malt fumé. Notre serveur nous l’a décrite comme un scotch ale blond qui ressemble à un scotch des Highland. Dès que le verre arrive, on voit que l’on à faire à toute qu’une bière. L’odeur des malts fumés est tourbée et le goût est des plus costaud. Si vous aimez les scotch fumé et tourbé du style Laphroaig, vous allez, tout comme moi, adorer!

La Québec Lowland aux malts fumés.

Deuxième arrêt : le Noctem. Ici, nous sommes au paradis du houblon et de l’excellence bouffe maison. Le menu de bières est parfait pour les amateurs de bières bien houblonnées avec sept bières mettant l’épice en avant plan. Mon choix s’est arrêté sur la Moloko plus, une milkshake IPA des plus intéressantes. Nous avons également dégusté la Calaca, une gose au cirton confit, l’Herbosophie, une saison aux aux fines herbes et la Mineure, une kolsch du Moulin 7. J’ai aussi opté pour la Belzébuth, un stout aux piments qui est absolument remarquable. Pour combler notre petit creux, nous avons collationné avec du humus maison, un party mix maison (le chou kale frit wow) et une salade de légumes racines. Vraiment une bouffe géniale.

La Moloko plus du Noctem, un milkshake IPA.

Troisième arrêt : la Korrigane. À notre arrivée, il régnait une ambiance de fête. Durant l’après-midi il y avait une formation de bière, avec nul autre que Philippe Wouters, et en soirée il y avait une soirée à thématique geek. Entrant dans la microbrasserie sur le coup de 17h, la place était bondée. On a tout de même réussi à trouver un divan, question de pouvoir tester les brassins. J’y ai pris l’Exil qui est née d’une collaboration avec Auval. C’est une saison multigrains qui a été fermentée dans des fermenteurs cubiques. Je l’ai trouvé sèche, légèrement poivrée, sucré et acide à la fois. Bref, une très bonne saison. Nous avons aussi commandé la Croquemitaine DC, une bière à l’érable vieillie dans un fût de bourbon. Bière aux arômes d’érables avec un goût sucré, boisé et une touche de vanille, elle est incroyable. Je tiens à dire un gros bravo pour la Cornic, un stout à l’avoine hyper crémeux et savoureux.

L’excellente Exil, collaboration entre la Korrigane et Auval.

Quatrième et dernier arrêt : le Griendel. En entrant il est impossible de ne pas être émerveillé par le choix de bières avec 24 lignes. Le choix est donc très vaste, pour tous les styles et tous les goûts. On y retrouve six brassins maisons et plus sont à venir car le Griendel devrait brasser sur place vers l’automne. J’ai beaucoup apprécié la St-So, une rye bitter et la Mr Smee, une brown ale. Au niveau des bières invitées, nous avons tous été impressionné par les bières de la Memphré, soit la Framboise et la Sauvignon blanche. Mention spéciale pour la Berliner Weisse au café de la brasserie Harricana, superbe expérimentation ! C’est également là que nous avons souper et le menu est d’une excellente qualité. Nos choix se sont arrêtés sur le burger, le sandwich steak philly et le tartare de bœuf. Tous étaient succulents.

Plateau de dégustation au Griendel.

Finalement, depuis la fin mai, c’est le début de la deuxième édition de «Je bois local». «Je bois local» est un organisme qui vise à promouvoir les bières de la Capitale nationale. Dans les brasseries participantes, vous vous procurez un petit carnet que l’on fait étamper à chaque arrêt. Après quatre étampes il y a un rabais sur une bière et à dix, vous vous méritez un t-shirt ou un verre à l’effigie de «Je bois local». Cette année, il n’y a pas que des brasseries, mais aussi certains bars à bières et des restaurants. Pour lancer cette deuxième saison, la Barberie a brassée une bière, la Je bois local, avec du houblons des Jarrets noirs et du malt de la malterie Caux-Laflamme. Tirant à 4,3%, c’est une bière parfaite pour débuter l’aventure, l’accent étant mis sur les céréales et sur le floral. Encore bravo pour l’initiative!!!

La bière Je bois local et le carnet à faire tamponner.

C’est donc avec un grand plaisir que l’on a pris à découvrir et à re-découvrir ces brasseries de la Basse-ville. Je peux affirmer qu’il se brasse de la très bonne bière à Québec et la cuisine dans ces établissements est toute aussi excellente. Voyager c’est toujours très plaisant, mais il ne faut pas oublier d’où nous venons…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité